ETU Elite European Cup Geneva 2014

DSC_0253

Première ETU Elite European Cup (format DO) de l’année et de ma jeune vie de triathlète. Celle-ci se déroulait la semaine passée à Genève. GENEVE ! Quelle bonne idée, j’ai justement des amis que je n’ai plus vu depuis bien bien longtemps qui y vivent 😀 Donc, après l’effort, ce sera le réconfort !

Je suis arrivée la veille sur le lieu de course. A la base, on comptait regarder les petits juniors belges mais de énormes embouteillages à l’entrée de la ville nous ont juste permis de les voir à leur arrivée. Je tiens à les féliciter pour leurs performances J Notre départ à nous, les « vieux », s’est donné le dimanche sous un ciel nuageux et qui a l’air assez capricieux. Le départ se passe assez bien pour ma part et j’arrive à bien me positionner. Avant d’arriver à la 1ère bouée, nous avions 400m à parcourir. Passé cette bouée, j’ai perdu 2-3 places suite à de nombreux coups et noyades. Sortie à l’australienne durant laquelle je suis obligée de remettre ma trifonction en place (natation sans combi en néoprène) car durant ce début de saison, j’ai perdu du poids et c’est une partie de mes seins qui a disparu 😉 La trifonction belge est donc a little bit trop large. Un plongeon pas trop raté (en gros, je ne fais pas de plat). Et je redémarre avec les mêmes filles que celles avec qui j’étais durant la première partie. La natation se termine avec quelques vagues (et de nouveau des coups). Bonne natation. Je démarre à vélo juste derrière 2 Suissesses. Je fais donc l’effort pour revenir dans leurs roues mais à peine rattrapées, une jolie petite côte dont les pourcentages se situent entre 5 et 13% se présente. Je n’avais pas eu le temps de récupérer de mon gros effort. J’explose. Dans la descente, 2 triathlètes me reviennent dessus. J’accroche et je ne les quitterais plus avant la fin des 40 bornes. On effectue d’assez bons relais au début. Mais une Suissesse et une Portugaise explosent du groupe qui nous précède. Elles ont toutes les 2 eu beaucoup de difficultés à prendre des relais (ou alors, elles n’en ont pas envie). L’organisation devient moins bonne. Dommage, on s’organisait bien au début. Une des 2 filles qui a intégré le groupe au cours des 40km craque totalement et une autre attaque dans la dernière relance avant le parc de transitions. Nous arrivons donc au parc à vélo à 3 sans avoir été overlappées (un de mes gros stress). Début de course à pied tonitruant où les sensations sont vraiment excellentes. Je ne démarre quand même pas les 10 bornes trop vite car, justement, il y a 10km à tenir et pas 5 comme sur la distance Sprint. Je sème mes poursuivantes et je reviens sur les filles qui me précèdent. Après presque 2 tours, je me fais dépasser par la future lauréate. Selon le règlement, si jamais on se faite overlapper  en course à pied, il n’y a aucune conséquence. J’arrive à mes 7km et là, une triathlète m’annonce que je dois m’arrêter si je me suis fait dépasser par la 1ère. Au début,  je n’y crois pas mais un des organisateurs m’arrête. Je me mets donc sur le côté et débute la crise de larmes. Pourquoi ? Si près du but ! Et là, la totale ! Une de mes poursuivantes passe à côté de moi avec un arbitre et elle court ! Alors, le gars de l’organisation me dit : ah ben si, en fait, tu peux continuer. Je redémarre donc mais ce n’est plus la même chose. J’ai perdu de l’énergie car j’ai pleuré et en plus, mes muscles ont eu le temps de se refroidir. Je redémarre comme un boulet de canon pour craquer 500m plus loin. Je passe la ligne d’arrivée en dernière position mais il faut prendre en compte le fait qu’il y a eu 16 abandons et si je n’avais écouté les arbitres, mon résultat aurait été meilleur. Cette place ne reflète donc pas ce que j’aurais pu faire. Je peux vous assurer que désormais, je n’écouterai que les référés.

En résumé, j’ai effectué une bonne course avec une course à pied qui aurait pu être exceptionnelle s’il n’y avait pas eu ce petit incident. Et en plus, j’ai passé un très bon week-end en compagnie de mes parents, de mes amis suisses et de mes camarades belges. J’ai également vu que j’étais capable de rouler en groupe (première fois de la saison) 😉

Merci à tous !

Advertisements

Championnats de Belgique Triathlon DO 2014

10411307_10203452917661552_905725879069295621_n

Un des gros objectifs de la saison : Championnats de Belgique de Triathlon Distance Olympique (1500m – 40km – 10km). Ils se sont déroulés le w-e passé à Courtrai par un temps de chien. Il a commencé à pleuvoir juste avant le départ natation et le ciel est devenu bleu quand on a quitté le site. Super ! -_-

Nous étions plus ou moins 70 filles au départ. Après 250m de natation, nous étions déjà 3 à nous être isolées. Une de nous faisait sa course tout à gauche toute seule et bien devant alors que l’autre fille et moi-même préférions longer les bouées afin de faire la distance la plus courte possible au moment du demi-tour. La fille qui m’accompagnait a finalement réussi à me lâcher après le demi-tour. Je sors donc 3ème de l’eau 20 sec après la première en 20’ ce qui est un très bon temps compte tenu du fait que je nage le 750 d’un Sprint en un peu plus de 10’ 🙂 Bonne transition dans un 1er parc séparé de 3.5km du 2nd. Je démarre seule car les 2 filles qui me précédaient sont déjà parties et il y a un gros trou derrière. Tant mieux car le début du parcours vélo se déroulait sur les pavés et j’ai ainsi pu prendre mon temps pour enfiler mes chaussures et ne pas risquer de tomber à cause de la route glissante. La pluie et les grêlons ont rendu ce parcours vallonné assez dangereux. J’ai plusieurs fois réussi à accrocher des petits groupes de filles mais dès que la route était légèrement ascendante, j’explosais du groupe. Au final, sur les 45 bornes prévues, j’en ai fait au moins 35 toute seule. Je suis arrivée à la zone de transitions frigorifiée. Difficile enfiler les chaussures quand elles sont détrempées et que les pieds sont totalement insensibles. Je démarre la course à pied avec les jambes toutes endormies mais après un tour sur les 3 prévus, elles étaient bien réveillées et faisaient souffrir. Plus les tours passaient, plus le temps par tour augmentait. J’ai cru durant le dernier tour qu’à chaque pas, j’allais m’effondrer. Je termine tout de même 5ème de ma catégorie (l’objectif fixé au début de la saison) et 10ème Dame au scratch.

Je suis assez bien contente de ma course même s’il reste beaucoup de progrès à faire en vélo. Mais tout ne peut pas être parfait après 3 ans seulement de triathlon. Je suis encore une novice après tout 😉

A bientôt 🙂

PS : Merci Sonic Belgium et Jooging Plus pour votre soutien.

CROIRE EN SOI ET EN SES REVES !

 

 

Triathlon du Lac du Der 2014

DSC_0655

De retour de France où j’allais participer au triathlon Sprint de Vitry-le-François au Lac du Der (29.06) afin de me remettre dans le rythme avant les championnats de Belgique Distance Olympique de ce week-end. De plus, j’ai eu l’opportunité de rencontrer une partie supplémentaire de mon équipe française et de voir Vincent Luis (8ème mondial) à l’action 🙂 En résumé : une bonne course et un très bon week-end.

Cette année, le soleil n’était pas annoncé pour notre course mais plutôt une gentille petite pluie. Au départ, un ciel bien gris mais aucune goutte. Beach start ! Et c’est parti ! Après quelques mètres parcourus sur la plage, on est 3 à avoir déjà créé une certaine distance avec les autres. Jusqu’à la 1ère bouée, nous avons nagé à 3 (dont 2 de l’ECAC Chaumont) mais passé cet obstacle, la seule non Chaumontaise prend une trajectoire assez bizarre qui ne la mène pas à la bouée suivante. Nous terminons donc la natation à 2 : Cora et moi-même. Sortie de l’eau sur la plage. Dur dur de mettre un certain rythme dans notre transition quand le sable s’affaisse sous nous quand nous  courons. Une bonne transition et bam, on part. Mais à peine quelques kilomètres avalés que mes cuisses me font déjà souffrir. Elles sont lourdes et impossible de bien pousser sur les pédales. Coralie me distance donc et me prend 1’45 dans la vue. Je me fais dépasser par une autre triathlète 5km avant la zone de transition mais je ne reste jamais loin. Juste avant d’arriver au parc à vélo, elle retire ses chaussures mais perd tout son rythme. J’en profite donc pour passer devant elle avant d’effectuer la transition. L’arbitre n’a pas l’air heureuse que j’arrive à cette vitesse car elle n’arrête pas de me dire de ralentir mais je descend toujours de mon vélo quand il y a une certaine vitesse (même si cela m’a déjà couté quelques points de suture) 😉 Je retire mon casque, j’enfile mes chaussures mais celles-ci s’y opposent. Je perds un petit temps à les mettre (c’était la première fois que je courais en course avec celles-là) mais je repars tout de même devant l’autre fille. Dès le début de la course à pied, je me sens bien bien bien et je commence directement à distancer ma poursuivante. Par contre, la distance entre Cora et moi n’a pas l’air de diminuer. Après 2km500, demi-tour et étonnamment, je me sens encore mieux après, plus légère (merci Jogging Plus pour ces chaussures Saucony méga légères). J’accélère un peu le rythme mais en vain, la 2ème place m’est définitivement assignée. J’effectue au final une très bonne course à pied contrairement à la partie vélo. Le problème ne réside donc pas dans la course à pied ET le vélo comme la course à Dunkerque aurait pu nous le faire penser.

Un club surmotivé, présent aux avant-postes pour toutes les courses et dans toutes les catégories, une bonne course pour ma part, quelques petites gouttes d’eau pendant la partie vélo mais qui n’ont gâché en rien la fête et l’envie de refaire pareil week-end ! Merci 😀