A la recherche d’un coup de pouce

2015 est ma 4ème année de Triathlon et est le début d’un tournant important dans ma carrière de triathlète. En effet, les 3 premières années m’ont permis de conquérir de multiples titres francophones  (en Duathlon, Aquathlon et Triathlon) et podiums tant au niveau régional que belge. Ces 3 années m’ont également permis de découvrir la D1 française (la Mecque du triathlon avec tous les meilleurs mondiaux) ainsi que les Coupes d’Europe. 3 années faites d’expériences heureuses et malheureuses, faites de joies intenses, de découvertes, de blessures et qui m’ont surtout permis de confirmer que le triathlon est MON SPORT. Maintenant,  il est temps pour moi de me fixer de nouveaux objectifs et voir si j’ai ou non le niveau pour atteindre des buts supérieurs : les titres belges et les coupes d’Europe mais aussi d’aider mon club français à atteindre ses objectifs. A terme, pouvoir participer et me classer en ordre utile tant aux Championnats d’Europe qu’aux championnats du Monde.

Pour y arriver, pas de miracle, il faut de l’entraînement, beaucoup d’entraînement. Il faut remettre le couvert tous les jours, ne pas s’arrêter au moindre problème, ne pas se dire non plus que tout arrivera tout de suite, accepter la défaite afin de pouvoir le lendemain lever les bras après une victoire.

Le triathlon est un sport qui demande beaucoup d’investissement humain mais aussi financier. En effet, qui dit 3 sports, dit 3 types d’équipements différents et donc pas mal de frais. En plus, si on veut être performant, il faut du matériel de qualité mais aussi  beaucoup de stages surtout pour accumuler les kilomètres en vélo. En effet, le temps en Belgique ne permet pas de garantir cela. Et enfin les compétitions internationales, cela a un coût important tant au niveau des déplacements qu’au niveau des hôtels ou des frais de participation.

Et comme en Belgique, les aides au niveau des fédérations sont faibles, ce coût repose presque entièrement sur les épaules de mes parents.

Tout ça pour dire que j’ai besoin de vous afin de m’aider à accomplir mes rêves, afin de me permettre de me dire que j’ai été au bout de ce que je pouvais espérer et ne pas nourrir de regrets après ma carrière sportive.

Donc si vous voulez m’aider, toute aide est la bienvenue, que vous soyez sponsors proches ou non du milieu du triathlon ou que vous soyez particuliers. Tout aide petite ou grande sera la bienvenue.

N’hésitez pas à prendre contact avoir moi par mail.

Eloïse

Advertisements

News blessure

« Les batailles de la vie ne sont pas gagnées par les plus forts, ni par les plus rapides, mais par ceux qui n’abandonnent jamais! »

Bonjour à tous,

Comme promis, voici des nouvelles de mon pied. J’ai été faire une scintigraphie suivie d’un scanner. La fusion des résultats des 2 examens confirme la fracture de fatigue du 1er métatarse du pied gauche. « Bonne » nouvelle: la fracture n’est que partielle et il n’y a donc pas de déplacement. On m’a donc mise au repos course à pied pour 4 semaines (à compter à partir du 28 juin). Par contre, je peux continuer à nager à condition de ne pas pousser sur le mur avec ce pied et je peux rouler en ne prenant pas appui sur l’avant du pied (donc sans cales).

Quand les 4 semaines seront passées, je pourrais recommencer la course à pied tout doucement à condition de ne pas avoir mal en marchant. En effet, je suis obligée de marcher avec des béquilles parce que vu que j’avais mal, je déséquilibrais tout mon corps en ne posant pas le gros orteil au sol. J’ai donc dû annuler les 2 coupes d’Europe auxquelles je devais participer pendant le mois de juillet (le 3 à Holten et le 19 à Châteauroux).

Je profite de cette période un peu creuse pour faire un peu de renforcement musculaire et d’assouplissement.

Bonne journée à tous 🙂

Grand Prix Dunkerque 2015

11222275_10153426618773288_8713702373323120424_o

J’ai participé ce week-end à la deuxième manche du Championnat français de Division 1 qui se déroulait à Dunkerque.

Le premier point à retenir : il règne dans le groupe une excellente ambiance, c’est un véritable plaisir de courir pour cette équipe !

Sinon, au sujet de la course : dans l’ensemble, tout s’est bien déroulé pour moi. Au début de la natation, j’ai eu pas mal de difficultés à trouver mon rythme car ça a démarré fort et je voulais rester dans un bon pack pour être sure d’être dans un groupe à vélo. Mais plus les mètres avançaient et mieux je me sentais. Par contre, dès que les bouées approchaient, je me faisais noyer à chaque fois et je peux vous assurer que boire la tasse dans une eau salée, c’est pas ce que je préfère. Une sortie de l’eau en groupe, une bonne transition pour ma part et je pars en vélo avec une autre fille de mon club et quelques autres. Elles roulent toutes tout de suite très fort pour accrocher un petit pack qui se trouve devant nous. J’arrive à m’accrocher, dans la douleur, mais j’y arrive. Je fais donc mes 5 tours (de 4km chacun) avec ce groupe de filles. J’essaie de me placer devant de temps en temps pour pouvoir négocier mes virages comme je l’entends et pour ne pas devoir faire de trop grosses relances à chaque fois (au total, 7 par tour. Je vous laisse faire le calcul) mais je n’y arrive pas car il faut prendre des risques mais je n’aime pas ça du tout. Malgré ces nombreuses relances, je repose donc le vélo avec ces filles et je suis vraiment fière de moi : c’est la première fois que j’arrive à rester dans un groupe sans en exploser et me retrouver dans un pack derrière 😀 Arrive la partie course à pied. J’enfile mes chaussures, je prends mon gel et je sors de la zone de transition assez rapidement. Un bon rythme que je devrais pouvoir pendant les 5km. Mais mon corps n’est pas d’accord avec moi apparemment. Il y a une douleur qui s’amplifie au fur et à mesure des kilomètres au niveau de mon pied. Je dois donc laisser partir la fille avec qui je courais et éviter de m’appuyer trop sur ce pied. Je passe la ligne d’arrivée dans la douleur en boitant mais heureuse : j’ai fait ma plus belle course depuis le début de la saison et je ramène en plus des points à l’équipe.

L’équipe se classe 12ème sur 14. Ce n’est peut-être pas un résultat exceptionnel mais nous avons le noyau le plus jeune de tout le championnat et pas de gros noms du triathlon mondial contrairement à toutes les autres équipes. Je trouve qu’on s’est du coup vraiment bien débrouillées !

Moins bonne nouvelle : il s’avère que la douleur que je ressens au niveau du pied est une fracture de fatigue. Je vous tiens au courant de l’évolution.

Bonne soirée à tous !

DSC_0865