DO Weiswampach 2015

DSC_1064

Alors, il se fait tard pour le résumé du DO de Weiswampach du 23 août mais je me suis concentrée sur mes révisions de cours et sur les championnats de Belgique… Veuillez m’en excuser !

Le temps avait l’air d’être valable mais ça s’est assez vite dégradé et nous avons eu droit à la belle « petite » averse sur la fin du vélo et pendant toute la partie pédestre. Il pleuvait littéralement des cordes, j’avais l’impression d’avoir un décor ligné autour de moi tellement il pleuvait ! Bref, ce n’est pas pour que je fasse Miss Météo que vous lisez mon blog, je vais donc en venir au fait : la course !

Tout d’abord, on nous annonce que ce sera natation sans combinaison car l’eau est à 20.2°C. C’est une blague ou quoi ?!  Pour avoir nagé 1500m sans combinaison dans cette eau, je peux vous assurer qu’elle ne faisait pas cette température-là. Peut-être au bord où il y 30cm de profondeur mais pas au cœur du plan d’eau. Et normalement, entre 20 et 24 degrés, nous avons le choix au niveau du port de la combinaison en néoprène mais ici, au Luxembourg, c’est différent. C’était donc très froid mais cela ne m’a pas empêché de faire une très bonne natation avec de vraiment bonnes sensations dans l’eau (merci Els). Au départ, comme d’habitude, de nombreuses filles partent à un rythme trop élevé pour elle mais après avoir passé la première bouée (300m peut-être), je me retrouve dans les pieds d’une Allemande qui nage à un rythme un peu plus élevé que moi. Nous n’étions plus que nous 2, les autres avaient disparu de la circulation. Après un tour (sur 2), elle prend une petite distance mais je ne suis jamais loin derrière elle. Je sors de l’eau juste derrière elle, un peu moins de 10 secondes et je vais chercher mon vélo. Cette transition est vraiment dure car mes petits pieds se sont endormis avec le froid de l’eau. D’ailleurs en quittant le parc, je perds 2-3 fois le contrôle car je ne sens plus rien aux pieds. Mais je pars juste derrière la 1ère qui idiotement, ne m’a jamais attendue pour rouler. Pourtant, elle était juste devant moi, la distance entre nous 2 est restée pareille pendant au moins 10km et à 2, c’est plus facile. Et moi, je n’arrivais pas à revenir sur elle avec le vent qu’il y avait ! En 20km, je me suis fait dépassée par 2 filles mais je n’ai jamais réussi à prendre leur roue, elles roulaient bien trop fort pour moi. Mais pendant les 20 dernières bornes, j’ai conservé ma place niveau féminin. Je suis assez bien contente de cette partie car sur plat et en faux-plats descendants, j’avais des jambes de feux, je savais pousser comme j’aime (merci Cédric). Je pose donc le vélo en 4ème position sous la flotte et m’embarque dans la partie la plus incertaine pour moi. 10km en courant, cela fait quelques temps que je ne l’ai pas fait avec ma blessure et en plus, je n’ai pas grand-chose comme entrainement course à pied dans les jambes. Le premier tour n’est pas de bonne augure car de un, le terrain est assez accidentel et glisse avec la flotte qu’il est tombé et de deux, ça tire dans mon pied, il est tout enraidi. Mais après un des 3 tours, cela passe. Je pense qu’il fallait le temps que ça s’échauffe. Ensuite, la mécanique fonctionne toute seule. Un pied devant l’autre et on avance. Je finis la course avec un temps pas exceptionnel mais mieux que ce que je croyais et en plus, je réussis à rester 4ème Dame. Contente 🙂

Après, pour l’after-course, ce fut une autre paire de manches car j’étais frigorifiée et tout ce que je mettais sur moi était mouillé tellement il pleuvait et donc je n’arrivais pas à me réchauffer. Je claquais littéralement des dents. La douche du soir a fait un bien fou ! 😀

Félicitations à mon petit papa qui a terminé son premier vrai Distance Olympique ! ❤

Je reviens demain vers vous avec un nouveau résumé de course : celui des championnats de Belgique Sprint d’hier !

Bisous bisous 🙂

DSC_1022

Advertisements

Grand Prix D1 française Embrun 2015

IMAG0099

Durant mes « petites » vacances en famille, j’ai participé à la 3ème étape du Grand Prix de Division 1 française qui se déroulait à Embrun le 13 août. C’était une course de reprise vu que je sortais de 6 semaines de blessures (officieusement 4). Je recommençais donc seulement la course à pied. J’avais donc prévenu le club que je ne serai pas au top de ma forme et qu’il y avait possibilité que je ne sache pas terminer la course car à la moindre douleur, j’avais pour ordre du médecin de m’arrêter net. Et ben, j’ai pu terminer la course et j’ai même aidé au classement de l’équipe (on totalise les points des 3 premières filles sur les 5 partantes pour le classement  par équipe et je termine 2ème de l’équipe).

Je suis partie à cette étape embrunaise sans aucune pression car c’était une reprise. Et ça s’est plutôt bien passé. Le départ natation se faisait sur une plage de gravillons. J’étais assez bien mise mais avec le courant qu’il y avait, j’ai dérivé. Je me trouvais dans le groupe de droite à la base et au final, je me suis retrouvée dans le groupe de gauche. Arrivée à la bouée, c’était une véritable bagarre. Je continue la natation dans mon groupe et je sors au final assez loin dans le classement. Si je n’avais pas dévié de ma trajectoire, j’aurais pu sortir plus tôt de l’eau. Ensuite, transition éclair mais tellement rapide que j’emporte mes chaussures course à pied avec moi. Demi-tour pour aller les remettre en place sinon je risquais la pénalité. Je perds donc un peu de temps mais je m’élance en vélo avec quelques filles. On avait à peine démarré le vélo que ça montait. Je monte cette petite bosse à mon rythme car je sais que j’ai encore au moins 5km de côte après. J’ai bien fait car arrivée dans la partie plate qui précède le col, je me retrouve avec 3-4 filles, on tourne et je prends le relais au moment où on arrive au pied du col. Je mets un certain rythme mais tout de même assez calme. Je me retourne pour qu’on prenne mon relais et là, surprise. Il n’y avait plus personne dans ma roue ! J’ai donc fait cette ascension toute seule. Il y a quelques filles qui m’ont dépassée (certaines comme des fusées) mais j’en ai dépassé aussi quelques-unes. Arrive le moment que je crains le plus : la descente ! Elle n’était pas spécialement dangereuse mais vu qu’il y avait moyen de prendre pas mal de vitesse, ça me stressait. J’arrive en bas sans problème et quelques kilomètres plus loin, je pose mon vélo dans le parc. J’enfile mes chaussures et c’est parti pour la course à pied. Je n’ose pas démarrer à un rythme élevé car je n’ai quasi pas d’entrainement course à pied dans les jambes. Après un tour (sur 2), je commence à ressentir des raideurs au niveau du pied où je me suis fracturée le premier métatarsien. Pas bon tout ça… Mais ces raideurs ont disparu petit à petit et j’ai su terminer la course sans m’être fait dépassée à pied et en ayant réussi à en dépasser 2-3. Je suis assez contente de moi surtout quand je vois le temps que j’ai fait en course à pied : j’ai couru comme à presque toutes mes autres courses de la saison, presque à 15km/h (21’07). Je n’aurais absolument jamais parié là-dessus !

Au final, l’équipe ne fait pas un bon classement mais il faut savoir que de un, à part moi, l’équipe n’était composée que de françaises, nous n’avions pas de gros noms mondiaux au départ et que de deux, la moyenne d’âge de l’équipe était de 20 ans donc une équipe très jeune.

Cette étape aura marqué les esprits de tout le monde !

Merci aux sponsors et surtout à mes entraineurs pour m’avoir aidée à être de la partie, aux médecins pour m’avoir soignée et à ma famille qui sera toujours là pour me soutenir dans toutes mes épreuves !

Bisous à tous et à bientôt pour un nouveau petit résumé (course hier à Weiswampach) ❤