Championnats de Belgique de Triathlon Sprint 2015

DSC_1115

Ce w-e, j’ai participé aux championnats de Belgique de triathlon Sprint à Chièvres. Il faisait particulièrement chaud et lourd ! Je fais une assez bonne course mais avec des lacunes et erreurs dans chacune des disciplines.

J’avais organisé cette journée plusieurs jours avant car, étant donné qu’il y avait 2 parcs à transitions distants l’un de l’autre de 5km, il fallait tout planifier pour n’être en retard nulle part. Tout d’abord, secrétariat pour récupérer tout le tralala administratif : dossard, étiquette vélo, bonnet etc. CHECK. Après cela, je devais partir repérer le parcours vélo pour ne pas me faire surprendre pendant la course. Ainsi, je connaissais les obstacles et je savais à quel moment je devais faire attention et me placer en tête de groupe. CHECK. Maintenant, place à l’installation des chaussures dans le 2ème parc à vélo (celui où on revient déposer le vélo après la partie cycliste). CHECK. Reste plus qu’à tout embarquer et partir au point de départ où se trouve le 1er parc à transitions (celui où le vélo est quand on sort de l’eau). J’installe tout mon petit bazar en faisant attention à ce que tout soit bien en place pour ne pas perdre de temps inutilement à la transition. CHECK. Echauffement et attente du départ ensuite. Au moment de rentrer dans l’eau de la carrière avec la combinaison (on nous a laissé le choix car l’eau était à 21.5°C -> différent du Luxembourg 😉 ), concentration extrême. Tout va se jouer aux détails sur ce type de format (0.75 – 20 – 5). Maintenant, reste plus qu’à ! Top départ et c’est parti pour 750m de natation. Faut s’imposer pour se faire sa place car les filles partent assez vite. Je me retrouve côte à côte avec une Flamande (que je reconnais mais dont je ne citerais pas le nom) avec qui on se bat. On nage exactement au même rythme mais aucune de nous 2 ne veut laisser passer l’autre. Alors, à chaque bouée, c’est la plus agressive des 2 qui gagne ! On fait 500m comme ça puis elle accélère et passe devant (ce n’est pas trop tôt !). Je sors de l’eau juste derrière elle mais perd un peu de temps à la sortie de l’eau car pour rejoindre le parc à vélo, il faut gravir quelques dizaines de marches bien bien glissantes (merci la pierre bleue). Je retire la combi, l’enfourne dans le sac poubelle qui sera ramené au 2nd parc à vélo par l’organisation, prend mon vélo puis sors de ce parc à la poursuite des filles qui sont sorties juste avant moi. Je vois que seule contre 3 je suis perdue et j’attends donc une juniore qui se trouvait juste derrière moi. On roule un peu à 2 puis on se fait rejoindre par un groupe de 3. A 5, il s’avère que c’est beaucoup plus facile de se reposer un peu dans la roue des autres 😉 Un autre groupe nous rattrape et accélère le rythme du groupe. Mes jambes prennent cher et je me retrouve lâchée par le groupe ! Mert’ hein, pas encore ! Je me fais force et après 3km de dur labeur, j’arrive enfin à revenir sur le groupe (je pense qu’elles ont un peu ralenti le rythme après l’attaque de 2 des filles). Ouf, je respire de nouveau. On continue notre petit bonhomme de chemin jusqu’au parc. Hop hop hop, je me dépêche pour être devant à la rentrée du parc. Réussi ! J’enfile mes chaussures et c’est parti pour 5 bornes à pied. Dès le début, il y en a 2 qui prennent un rythme fort élevé. Je reste juste derrière accompagnée par une autre. Cette fille qui m’accompagnait me lâche mais nous revenons petit à petit sur une des 2 filles qui avait démarré comme une fusée. La course avance et c’est de plus en plus dur pour moi de supporter cette chaleur et je commence à avoir vachement faim (il faudra corriger quelques petits trucs avec ma diététicienne). J’ai l’impression que je ne saurais jamais passer la ligne d’arrivée. Cela se voit d’ailleurs au niveau du classement parce que je me fais dépasser 2 fois dans le dernier kilomètre. Voilà enfin la ligne d’arrivée. Oh my god, qu’est ce que ça fut dur ! Je termine 10ème suite au fait qu’une des filles devant moi se soit effondrée 50m avant l’arrivée. J’espère qu’elle va mieux !

Cette course a vraiment affecté tous les organismes et laissera longtemps des traces. Il faisait tellement chaud qu’il fallait absolument s’asperger d’eau pour faire baisser notre température corporelle. J’ai fait l’erreur de ne prendre que du sucre avec moi sur le vélo et pas d’eau. Je ne la reproduirais plus jamais ! Le fait qu’il fasse chaud et que je sois toute mouillée (transpiration + jet d’ « eau ») me donnait carrément des frissons, pour vous dire ! C’était affreusement désagréable !

Donc voilà, une course de plus à mon actif pour prendre de l’expérience et apprendre de mes erreurs !

Fall seven times, stand up eight!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s