T3 Series Lille 2016

Bonjour à tous,

Je terminais ma saison de triathlon ce dimanche à la dernière manche du challenge T3 Series belge qui se déroulait à Lille. Très belle organisation !

La course se déroulait dans un très beau cadre, le long d’un plan d’eau et dans le village environnant. Le départ était donné à 14h30 pour les filles. Avant cela, nous avons eu quelques petits stress durant la préparation du départ mais tout a été réglé et s’est passé comme sur des roulettes. La natation s’effectuait en 2 boucles de 375m avec une sortie à l’australienne entre les 2. Au départ, ça a été la grosse bagarre, on se nageait toutes les unes sur les autres et je n’arrivais pas à trouver mes appuis. Après le passage des 2 bouées, j’ai réussi à enfin trouver mon espace pour poser ma nage. A l’endroit de la sortie de l’eau (pour la sortie à l’australienne et pour la sortie définitive de l’eau), le sol était peu profond pendant plusieurs mètres et nous obligeait donc à employer les grands moyens, c’est-à-dire les sauts de dauphins pour y gagner le plus de temps. Mais je trouvais ça super épuisant, j’étais à bout de souffle et une fois que j’ai commencé le 2ème tour, j’avais comme un manque d’énergie et je ne trouvais plus mon tempo. Après 100m je dirais, cela s’est un peu amélioré et j’ai fourni un effort supplémentaire pour revenir le plus proche du groupe de tête et ne pas sortir trop loin de l’eau. Je sors au final pas trop mal et vais vers mon vélo. Pour cela, on devait courir un petit peu dans du sable. C’était plus court qu’à Quiberon mais plus dur car en Bretagne, le sable était plus dur car mouillé alors qu’ici, le sable était vraiment meuble. Bref, j’arrive à mon vélo en n’ayant quasi pas perdu de temps durant cette transition. Je pars et me retrouve de suite dans un groupe de 2 dont une qui a des cuisses qui font le double du volume des miennes. Son rythme est directement trop rapide pour moi. Il a fallu que j’attende qu’un groupe me dépasse (je n’ai pas réussi à accrocher le 1er qui m’a dépassée, lui aussi mené par une grosse grosse rouleuse) pour pouvoir enfin me protéger du vent. On voit bien que ce ne sont pas des filles qui sont habituées à rouler en groupe car elles sont parfois vraiment très dangereuses. C’étaient principalement Kelly et Emma, mes coéquipières qui menaient le groupe mais elles me faisaient souffrir dans les relances 😉 Grâce à elles, j’arrive à rallier la transition en n’ayant pas perdu trop de temps à vélo. Dès que la course à pied démarre, je sens que ce n’est pas mon jour. Durant les 5km, j’ai souffert non stop. De un, mon genou et mon péroné gauches me faisaient souffrir mais en plus, je n’avais pas de jus. Je me suis battue jusqu’au bout pour aider au maximum l’équipe. Je boucle au final l’épreuve 3 et 4 places derrière Kelly et Emma et on effectue ainsi un très beau tir groupé. Cela nous permet de nous classer 5ème (ou 6ème, on m’a dit les 2 résultats et je n’ai pas encore trouvé les résultats définitifs). En plus, mes coéquipières sont les meilleures car elles m’attendaient les bras ouverts à l’arrivée pour faire un câlin de groupe 😀

14470967_10209814929837436_890672145_n (1).jpg

On finit donc la saison 2016 sur une belle note et je n’ai pas fait la meilleure course de ma saison (loin de là) mais l’esprit d’équipe et l’ambiance valaient bien le déplacement. Merci les filles et merci le TriGT de continuer à me faire confiance 🙂

Je remercie aussi tous mes sponsors individuels ainsi que ceux de l’équipe ! Et je remercie aussi ma petite famille pour son soutien 🙂

Maintenant, place à un repos bien mérité.

Bisous bisous tout le monde :*

DSC_0436.JPG

Quelle équipe de choc!

Advertisements

GP FFTri D1 Quiberon 2016

Le championnat français reprenait samedi passé (le 3 septembre) sur la presqu’île de Quiberon. Le cadre était magnifique ! Pour ma part, la course s’est très bien déroulée malgré un avant et après course un peu chaotiques. Plus d’explications tout de suite.

Je devais me rendre sur place en avion. Suite aux problèmes que j’ai rencontrés à Zaventem pour aller à Madrid, j’ai préféré me présenter à l’aéroport 3h avant le décollage. Tout s’est passé comme sur des roulettes. Enregistrement des bagages et passage de la douane en moins de 1h. Il me restait donc 2h à attendre dans la zone de transit. Pas de problème, j’avais prévu le coup. Mais peu de temps avant l’annonce de la porte d’embarquement, je vais me renseigner : vol retardé. Juste 40 minutes, je prends mon mal en patience mais 5 minutes plus tard, ce n’est plus vol retardé qu’il est affiché mais vol annulé. What ? C’est la première fois que je voyage seule, on ne peut pas me faire ce coup-là ! Bon, il faut que je sorte de cette zone pour retourner dans le hall des départs. Comment est-ce que je fais ça moi ? Je me renseigne auprès d’un garde, en pleurs. Je cours jusqu’au guichet Air France, prends mes renseignements pour avoir le vol le plus tôt possible. Vol trouvé mais j’arrive seulement à 11h le lendemain, jour de course, alors qu’on devait être sur le lieu de course à cette heure-là et que l’aéroport se situe à 2h de route de Quiberon. Après de nombreux appels au coach et aux référés de course, je confirme ce vol et attend maintenant la confirmation que mon vélo est accepté dans les 2 avions. La confirmation n’arrivera que la nuit donc je vais prier toute la nuit. Après, je dois aller récupérer mon vélo dans la zone bagages donc je dois trouver quelqu’un qui peut me donner une autorisation de passage. Chose faite, je récupère mon vélo et rentre dormir chez moi. Lever matinal pour être à l’aéroport à 6h. Tout se passe nickel, j’embarque dans le premier avion, atterrit à Amsterdam, embarque dans le 2ème avion, je vois mon vélo embarqué aussi dans le 2ème avion (hallelujah, il arrivera avec moi), décollage et arrivée à Nantes. J’embarque dans le minibus du club et direction Quiberon. On arrive sur place 2h avant la course donc nous avons largement le temps de préparer tout tranquillou.

Vient l’heure de la course et son fameux beach start. La partie qui précède l’entrée dans l’eau est vraiment longue et consiste en une course sur le sable. Au moment de l’entrée dans l’eau, je ne suis pas spécialement bien placée et suis déjà loin de la tête. Je me prends pas mal de coups mais survis malgré tout. Pareil à la sortie de l’eau, de nouveau une longue course sur la plage. Je vois tout de suite que je suis loin d’avoir effectué la natation de ma vie. Je l’avais bien senti dans l’eau, je ne trouvais pas mes appuis et tout de suite, je me retrouve très loin. Quand j’enfourche le vélo, je suis avec quelques filles. Grâce à un bon travail de certaines (j’avoue que je n’ai pas beaucoup aidé car je sens encore la fatigue du demi de 6 jours auparavant), nous revenons sur le groupe qui nous précède. A ce moment-là, nous avons déjà effectué 2 tours (sur 4) sur un parcours qui traverse en partie la ville et qui longe l’océan. Dommage de ne pas avoir le temps d’observer ce magnifique paysage 😉 Sur la fin du 3ème tour, nous revenons encore sur un autre groupe et le groupe commence à bien grossir. Il faut que je fasse attention à me placer sur l’avant du groupe pour éviter de fournir trop d’efforts aux relances. Sur la fin du 4ème, on aperçoit encore 3 filles qui sont devant nous et posons le vélo quelques secondes seulement après elles. Au début du parcours course à pied, les filles s’emballent un peu et je me fais dépasser de toutes parts. Attention Elo, toi, tu as un half dans les jambes encore, cours juste à ton rythme, évite de te mettre dans le rouge ! Ca a plutôt bien fonctionné car au fur et à mesure, je redépasse ces mêmes filles et je suis maintenant très bien placée. Dans le 2ème tour, j’essaye d’accélérer un peu pour lâcher les filles qui sont avec moi. Ca marche pour quelques-unes mais pas pour toutes. Sur le dernier kilomètre, nous ne sommes plus que 3. Je donne ce qui me reste et j’arrive finalement 2ème des 3. Si on regarde les résultats, je finis 4ème du groupe avec lequel j’avais roulé et le tout avec un bon temps à la clé. Je crois que c’est une des premières fois que je cours en moins de 20 minutes les 5km sur Grand Prix : 19’20. Pas mal pour quelqu’un de fatiguée comme moi. Je boucle la course en un temps de 1h03 à la 41ème place. Je suis la dernière à classer l’équipe (3 filles sur 5 ramènent des points). L’équipe finit ainsi à la 10ème place et conserve ainsi sa 4ème place au classement général. Tout se jouera sur la dernière étape à Nice (si celle-ci a lieu. En discussion actuellement…).

Je suis particulièrement contente de ma course au vu des conditions physiques et logistiques dans lesquelles j’étais. Pour le retour, je décollais le dimanche soir. J’ai donc eu la chance de passer toute mon après-midi à l’aéroport 😉 Tout se passait plutôt bien avec mon premier avion qui était à l’heure et donc j’arrivais à Lyon juste à temps pour attraper mon 2ème avion pour le retour sur Bruxelles. Arrivée à Bruxelles à 21h30. Je vois tous les bagages qui passent et pas mon vélo. Logique, il est un peu grand pour passer au même endroit que les autres bagages. Je vais m’informer pour savoir quand je récupérerai ma valise et on m’annonce que cela peut prendre 20 minutes après que tous les bagages de l’avion aient défilé. 45 minutes sont passées et toujours rien. Finalement, quelqu’un arrive pour ouvrir l’endroit où sont posés les bagages hors dimension. Il y a là 2 vélos mais pas le mien. Je demande donc si il n’y aurait pas par hasard un vélo en provenance de Lyon. « Ha non Mademoiselle, tous les bagages Air France ont été livrés ». F***. Direction le Lost&Found. On m’apprend là que mon vélo est resté à Lyon. Snif snif… Je donne toutes les infos nécessaires et attend impatiemment chez moi la livraison de mon bagage. Il arrive finalement mardi fin de journée. Quel soulagement, bébé est de retour à la maison ! Bref, pour une première fois où je voyageais seule, j’ai été servie 😉

La prochaine course à laquelle je prendrai part sera la dernière manche du championnat belge T3 Series qui se déroulera le 25 septembre à Lille. D’ici là, on entretient la forme 🙂

Une fois de plus, merci à tous pour le soutien ainsi qu’aux sponsors qui me soutiennent logistiquement : Arena, Transition Sports, BV Sports, Fuji ainsi que tous les autres sponsors du TriGT.

Bisous bisous

Voici la vidéo de la course (hommes et femmes): http://www.dailymotion.com/video/x4rt3hg_gpfftri-2016-resume-de-la-4eme-etape-quiberon-3-septembre_sport

Pas de photos cette fois-ci car papa et maman, mes photographes personnels, n’avaient pas fait le déplacement avec moi.