70.3 Pays d’Aix 2019

Retour sur la course de la semaine dernière : l’Ironman 70.3 du Pays d’Aix !

Après avoir échoué la saison dernière, je voulais tenter une nouvelle fois d’acquérir ma qualification pour les championnats du monde Ironman 70.3 qui se déroulent en septembre à Nice. Je m’étais inscrite à Aix car la course est tôt dans la saison mais également pour des facilités logistiques. J’arrive donc sur la course un brin nerveuse car j’ai vraiment à cœur d’arriver à me qualifier. Je sais que la tâche ne sera pas facile car je viens de changer de catégorie et je suis la petite jeunette de la catégorie F25-29 mais je me suis donné les moyens d’y arriver et j’y crois ! Quelques semaines avant la course, j’ai en plus appris qu’en plus des 2 slots normalement attribués à la catégorie, 5 slots supplémentaires seront disponibles grâce au projet Women for Tri. Cela me rassure un peu mais pas tout à fait.

Grâce à une organisation super de ma famille et de moi-même, j’ai la chance d’arriver à Aix reposée car nous avons fait le voyage plusieurs jours avant la course et en plusieurs étapes. De plus, j’ai eu la chance durant les vacances de Carnaval de venir repérer le parcours vélo. Sachant que c’est mon point faible, j’estime que c’est un gros plus ! La préparation de la veille de course suit son cours : retrait du pack athlète, dépôt des sacs de transition et du vélo, repas riche en glucides, préparation des tresses et dodo pas trop tard. Je n’ai juste pas eu le temps de faire un de mes derniers rituels course : la pose du vernis rose… Je pense que ça ne devrait pas avoir une trop grosse influence sur ma performance 😉

59889834_2032037423589207_614531260810788864_n

Réveil matinal en ce dimanche 12 mai, ciel tout bleu et un beau grand soleil. Par contre, comme annoncé, beaucoup de vent ! Mais ce n’est pas grave, il suffira de pousser sur les pédales 😉 Tout se passe comme sur des roulettes avant le départ. Gonflage des pneus, passage aux toilettes (quelle file !) puis enfilage de combinaison. Heureusement qu’on est arrivé tôt car j’avoue que sur la fin, c’est un peu la course pour être sûre d’être prête à temps. Les dernières accolades et quelques larmes puis je me positionne dans le sas le plus rapide (moins de 30’ pour la natation). Les pros sont partis et c’est maintenant à notre tour, les groupes d’âge comme on nous appelle, en rolling start. Je suis parmi les premières à partir. Je n’avais pas envie d’attendre et en plus, je serai beaucoup plus à l’aise. C’est partiiiii ! L’eau n’est pas très chaude, c’est difficile au début mais ça devient vite supportable. La natation se fait sous forme d’un rectangle avec le vent de dos à l’aller et le vent de face (accompagné de vagues) au retour. Je pars donc assez tranquillou pour être sûre de ne pas me cramer pour le retour. Je pose ma nage et je dépasse pas mal de monde. Mais j’en dépasse encore plus au retour. Je pense que les gens sont partis un peu trop fort quand ils avaient le vent de dos… Parfois, je me demande aussi si les gens savent s’auto-évaluer.  Bref. Je sors de l’eau en approximativement 28 minutes. C’est plus ou moins le temps que je pensais faire. Je suis assez contente. Place à une looooongue transition (avec très peu de tapis et donc plein de cailloux). Vite vite je retire ma combi, j’enfile mes manchettes (température de l’air de 10°C plus ou moins), le casque, le dossard et les lunettes puis je cours chercher ma machine. Très vite après être montée sur le vélo, je sens l’effet du vent. Ça va être une vraie partie de plaisir 😉 Finalement, les kilomètres passent assez vite, les jambes sont tellement bien qu’elles poussent plus fort que ce que le coach a conseillé et la première bosse arrive. J’ai un peu du mal à me mettre dedans mais une fois passée, je sens que mon corps est bien réveillé. La moyenne est plutôt bonne, je n’ai jamais fait aussi bien sur course ! Faut avouer que le vent n’est pas encore trop dérangeant pour le moment. En plus, quasiment aucune fille ne me dépasse, ce qui est assez rare aussi. Mais je dois rester concentrée, il ne faut pas s’emballer. J’arrive déjà au 70ème kilomètre et à la difficulté du jour : le col de Cengle. Par rapport à la Roche-aux-Faucons et à la Redoute qui constituent mon terrain d’entrainement, les pourcentages ne sont pas impressionnants mais il est plus long que mes petites bosselettes. Je gère ma montée car je ne veux pas me cramer mais c’est difficile avec ces gens qui vous encouragent. J’arrive au sommet et là, je me dis « chouette, plus que 15km de descente » ! Mon œil ! J’ai à peine passé le sommet que je me retrouve vent ¾ face avec des rafales de ouf ! Je lâche le prolongateur et je joue la carte de la sécurité. Il ne serait pas temps de se planter maintenant. Heureusement, on arrive dans une zone assez protégée grâce à la végétation donc l’effet du vent est moindre. Dernier ravito et c’est parti pour une dernière bosse. Je la croyais mini car lors du repérage, je m’étais arrêtée à un endroit qui me semblait être le sommet pour rejoindre ma maman au village précédent où était le dernier ravito mais en fait, je m’étais arrêtée (avec mon papa qui m’avait accompagnée pour le repérage) trop tôt. Donc la bosse n’est pas si mini que ça. On arrive dans la ville et rebelote, légère montée pour rentrer dans Aix. Je vois l’arche de la 2ème transition approcher. Je retire mes chaussures, je bois une dernière gorgée et hop, je descends du vélo. J’avais bien repéré le parc la veille donc je sais exactement où je vais et je trouve très vite mon emplacement. Je prends mon sac de transition, je me change en 4ème vitesse et c’est parti pour mes 3 tours. Je démarre ma course à pied juste derrière un pro (qui a 2 tours d’avance sur moi) et j’emboite son pas. Je me sens bien et j’ai l’impression qu’il court à mon allure. Fausse impression. Je pars beaucoup trop vite ! Je le laisse donc partir après 3-4km car le but est de tenir. En plus, j’ai appris grâce à mes supporters que j’étais actuellement 6ème de ma catégorie et donc potentiellement qualifiable. Je dois donc rester prudente et tenir sur la longueur. Mon allure diminue mais je sens aussi qu’au fur et à mesure que les kilomètres passent, mes jambes ont du mal à répondre présentes. Cela n’est pas trop étonnant non plus car je reviens de blessure et je n’ai donc pas eu une prépa optimale d’un point de vue de la course à pied. Mais je fais mon maximum pour tenir l’allure. Je commence aussi à avoir mal aux pieds, ça brûle mais il faut que je tienne. Il ne me reste maintenant plus qu’un tour. Ça se joue au mental. Mais par contre, le mental prend un gros coup de boost quand j’apprends que malgré mon allure qui a diminué, je suis toujours 6ème avec la même avance qu’au début du premier tour. Allez Elo, tu peux le faire ! Finalement, la ligne d’arrivée approche et mes jambes sont flagada mais je donne ma dernière capsule d’énergie et là, la finish line et toute l’émotion qui l’accompagne. Je clôture ce demi-Ironman en 5h09, ma meilleure performance à ce jour sur demi. Une belle course avec malgré tout une course à pied à améliorer. Et pour ceux qui me connaissent: j’ai eu la chance de faire la course toute de rose vêtue (ou presque) 😀

DSC_0814.JPG

DSC_0915.JPG

DSC_0919.JPG

On n’en aura la confirmation que le soir lors de la remise des slots mais J’AI MA QUALIFICATION POUR LES MONDIAUX !!! Je l’ai fait ! J’ai encore du mal à le réaliser aujourd’hui car je cours après cette qualification depuis plus d’un an. C’était mon objectif pour les saisons 2018 et 2019. Et je l’ai atteint. Rien qu’en écrivant ces mots, j’en suis encore toute émue. J’ai le graal !

Je voulais remercier mon coach qui a réussi à me faire atteindre mon objectif, ma famille pour leur soutien de tous les jours et sa présence, mes parents pour l’organisation et l’intendance, mon namoureux pour son soutien inconditionnel et sa présence à mes côtés et puis, vous tous qui m’avez envoyé des petits messages de soutien, des encouragements. Je remercie également ma So’ et Johan pour leurs encouragements, et bravo à vous pour votre course. Merci également à mon club et aux sponsors pour leur confiance (ARENA, Want You Bike, CUBE, CBD Entreprises, BV Sport). Merci à tous ❤

2019 promet d’être une belle année !

Prochain objectif (avant Nice bien sûr) : les championnats de Belgique Middle Distance à Grammont le 16 juin.

À bientôt ! Kiss

60225793_369426237255945_3143158364016476160_n.jpg

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s