T3 Series Lille 2017 et CB Relais mixte

Dernier triathlon de la saison 2017 dimanche à Lille (Belgique). Pour l’occasion, j’ai même pu faire 2 courses : la dernière manche des T3 Series (relais) et le championnat de Belgique de relais mixte. Les 2 courses se déroulaient sous le format 200m natation – 5km vélo – 1.6km CAP que, soit 3 (T3) soit 4 (relais mixte) athlètes doivent effectuer à tour de rôle. Un effort très intense ! Mais pour la 1ère fois depuis le début de saison, nous avons eu du beau temps sur une T3 Series 😉

DSC_0716

Pour la T3 Series, pour la première fois de la saison (encore une 1ère fois à cette course), nous étions prêtes à l’avance et ne devions pas courir dans tous les sens. C’est plaisant de ne parfois pas être à la bourre 😉 Kelly effectuait le 1er relais, moi le 2ème et Françoise clôturait. Quand Kelly me donne le relais, je cours au plus vite vers l’eau. Sachant que sur tout une distance il y a moyen de courir dans l’eau, je cours le plus loin possible avant de définitivement me mettre à nager. Je mets toute mon énergie pour boucler ce 200m puis retrait rapide de la combinaison. L’eau n’étant pas très chaude et vu que je ne suis pas très grasse, j’ai préféré la mettre pour ne pas être toute engourdie en sortant de l’eau, quitte à perdre quelques secondes. J’enfourche ma bécane et c’est parti pour 5km de contre-la-montre. Je pousse pousse pousse sur mes pédales et je pense que j’effectue au final un beau parcours durant lequel je ne perds pas trop de temps malgré les nombreuses relances. Ensuite en course à pied, ce fut une autre paire de manches. Dès le départ, j’ai senti que mes jambes n’en faisaient qu’à leur tête et n’avaient pas envie de courir. J’essaye d’aller plus vite mais je n’en ai pas la capacité. Vu mes entrainements de toute la saison qui étaient plutôt orientés vers une préparation de semi-marathon pour les Half-Ironman, ça reste compréhensible que 1.6km en course à pied à fond n’est pas dans mes cordes 😉 Je m’arrache jusqu’au bout puis passe le relais à Françoise qui nous permet de boucler l’épreuve en 5ème position. Grâce à cette course, nous terminons à la 2ème place du classement général des T3 Series (classement effectué en fonction des points récoltés par chaque équipe lors de toutes les manches). Très très fière de nous 😀

DSC_0843

DSC_0790

DSC_0806

22070381_10213309244833127_94457211_o

DSC_0820.JPG

Reprise d’énergie entre les 2 courses 😉

Maintenant, place aux championnats de Belgique de relais mixte avec Kelly (1ère), Peter (2ème) et Erwin (4ème). Je suis donc 3ème relayeuse. Après un beau relais de Kelly et une remontée impressionnante de Peter (avec la course à pied à pieds nus s’il-vous-plait !), c’est à mon tour de m’élancer. J’avoue que j’ai un peu plus la pression que ce matin parce que je sais que les mecs ont de grosses ambitions ! Sûrement à cause de cette pression (ou alors je me cherche juste des excuses), je perds un peu de temps dans l’eau suite à une erreur d’orientation. Au lieu d’aller vers l’arche de sortie de l’eau, je retournais vers l’arche d’entrée dans l’eau. Morale de l’histoire : rester attentif tout le temps ! Il m’a suffi de quelques secondes d’inattention pour suivre quelqu’un qui s’élançait sur la mauvaise trajectoire et le tour fut joué. Heureusement, dans cette mésaventure, je ne perds pas de place, j’en gagne même une. Après une transition assez désastreuse (combinaison bloquée à la cheville, au niveau de la puce), je m’élance de nouveau pour le petit contre-la-montre à vélo, avec de nouveau l’envie de tout démonter. J’arrive au début à m’accrocher à une grosse rouleuse mais à partir du moment où une autre fille a pris des relais avec elle, c’en était trop pour moi et je craque. Malgré cela, je ne perds pas trop de distance. J’arrive au parc bien entamée mais il ne me reste que 1.6km à parcourir en course à pied avant de clôturer la saison. Je m’arrache et j’ai encore l’impression que mes jambes ne veulent pas avancer et n’ont même plus l’envie de me maintenir debout. Je passe comme je peux le relais à Erwin qui s’élance et qui fait un dernier relais de feu. Il rattrape 2 concurrents et sprinte même avec un 3ème mais ces efforts lors de la T3 un peu plus tôt dans la journée se paient et on finit ainsi à la 6ème position. C’est pas mal pour nous ! Kelly et moi sommes en tous cas heureuses car on n’est absolument pas préparées pour des épreuves de ce type. Je suppose que les mecs sont contents aussi vu leurs performances ! Chapeau à tous les 3 🙂 On a assuré !

On finit donc la saison sur une belle note avec notre 2ème place au général de la T3, la 3ème place des mecs et notre 6ème place aux championnats de Belgique de relais mixte. Félicitations à tous, TriGT en force ❤

Je remercie évidemment toutes les personnes qui me soutiennent et surtout celles qui s’investissent corps et âme dans mon sport pour me soutenir tous les jours. Je pense à mes parents et mes sœurs évidemment ; mon coach sans qui vous ne me liriez pas car c’est lui qui permet de faire de belles performances, qui m’amènent tous les jours plus proche de mon objectif ; mes amis qui restent à mes côtés malgré ma non-disponibilité et parfois ma mauvaise humeur ; le TriGT, surtout Jacques pour le soutien inconditionnel ainsi que Fred; mon kiné qui soigne tous mes petits bobos ; et puis mes sponsors ainsi que les sponsors TriGT (ARENA, Fuji, CBD, BV Sports Belgium, Transition Sports).

On se retrouve déjà ce dimanche pour les 10km de Liège et puis après, je crois que je mérite un petit repos non ? Vous en pensez quoi ? 😉

Kissous et à tout bientôt 🙂

DSC_0902.JPG

22070125_10213309248793226_420216844_o

Advertisements

T3 Series La Roche 2017

Une semaine après le XL de Gerardmer, c’était reparti ! Samedi avait lieu la 4ème étape des T3 Séries belges à La Roche-en-Ardenne. Afin d’être sûr que je ne sois pas trop dépaysée, on a encore eu droit à un temps digne de la fin du monde 😉

Au départ, nous étions Annabelle, Kelly, Emma et moi-même, toutes un peu fatiguées de la saison qui commence à devenir longue, toutes un peu démoralisées par la météo mais toutes prêtes à en découdre pour faire briller les couleurs du TriGT ! Avant même que le départ soit donné, nous étions frigorifiées et trempées. L’enfilage de la combinaison a pour une fois été rapide afin d’être au chaud au plus vite. Le départ natation fut donné au barrage de Nisramont dans une eau qui nous a paru super froide alors qu’elle était quand même à 17.5°. De suite, un groupe de filles s’est isolé sur l’avant et je n’ai pas réussi à le prendre. Mais j’ai continué à me battre dans l’eau pour ne pas perdre trop de temps. J’en ai profité pour tirer un peu le groupe qui me suivait dans lequel il y avait Annab’ et Kelly. On sort toutes les 3 en même temps de l’eau et on part ensemble à vélo. Le parcours vélo était aussi fait pour que je ne me sente pas dépaysée car il y avait pas mal de dénivelé (la région s’y prête) et le parcours cycliste démarrait par une côte de 4km à 4.6% de moyenne avec un maximum à 7%. Pas énorme mais quand on a les jambes pas fort reposées, on la sent passer ! Malgré tout, je m’accroche et je pousse. Je me fais dépasser, certes, mais je ne perds malgré tout pas trop de temps. Moi-même, j’en dépasse certaines ! Waw, moi, la non-grimpeuse ? 😮 En haut de cette bosse, je suis toujours avec Kelly et vu que je sais qu’elle est meilleure coureuse à pied que moi et que devant il y a déjà 2 filles de l’équipe (Emma, la grosse rouleuse de la team, nous a dépassées dans la bosse, toute en facilité), je décide d’essayer de rouler pour elle afin qu’elle puisse économiser un minimum d’énergie pour nous faire une belle course à pied après ! Ca fonctionne plutôt bien (même si elle prend quelques relais quand même) jusque dans la dernière montée du tour. Là, les pourcentages sont plus élevés et tout de suite, je vois bien qu’elle est bien plus forte que moi et que je ne saurai plus tenir son rythme dans cette bosse. Je lâche donc un peu de lest mais jamais je n’arriverai à revenir sur elle. Heureusement, je vois un peu plus loin qu’elle est dans un groupe donc je suis assez contente du travail que j’ai fait. Surtout que j’apprends après la course que c’est moi qui ai réussi à lui donner envie sur cette course 😀 Pour ma part, j’arrive à faire une bonne dernière partie de parcours cycliste. Dommage que j’aie lâché dans cette bosse… Je pose le vélo au parc sans avoir été dépassée en dehors de la première « longue » montée qui reliait le parcours natation au reste de la course. Je suis plutôt contente, et je me suis vraiment bien donnée ! Ensuite, à pied, on avait 3 tours pour un total de 5.6km. Ils étaient vraiment durs car après une petite partie descendante sur un chemin de pierre et de boue, on devait tout remonter pour ensuite tout redescendre. Il n’y avait jamais vraiment de répit et en plus, avec la pluie et le froid que nous venions de subir à vélo, la course était rendue encore plus dure. J’ai vraiment été puiser loin pour faire une bonne course à pied pour grapiller des points aux autres équipes : mieux je suis classée, moins de chances les autres équipes ont d’avoir des points. C’est plutôt bien réussi au final ! Je finis 12ème femme, quelques centièmes de secondes derrière Annabelle (qui fait donc 11ème comme vous l’aurez compris). Kelly se  classe 9ème et Emma finit à une superbe 4ème place ! Cela nous permet de finir 2ème équipe de l’étape, incroyable 😀 On est trop trop trop heureuses ! On conforte ainsi notre 2ème place au classement général provisoire après 4 étapes. Ne reste plus que les relais à Lille le 24 septembre où on va se battre pour conserver cette 2ème place. On y croit !

21457669_1905664066360252_3914949715081794262_o21457995_1905664689693523_6268176221317624522_o.jpg

Merci à tous, j’ai encore passé un excellent moment malgré la météo belge non clémente ! Merci aux supporters d’un jour mais surtout à ceux de tous les jours : famille, amis, coach, club, sponsors (ARENA, Fuji, CBD, BV Sports Belgium, Transition Sports) ! Merci à vous !

On se retrouve donc bientôt pour la suite des aventures 😉

21543790_1905666223026703_8127942355260975126_o

Merci Christophe Duhem pour les superbes photos!

Terrain de Jeu

Petite correction de ma part. J’avais dit que le lien de l’émission Terrain de Jeu serait mis en pièce jointe et oupsi, j’ai oublié 😉

Voici donc le lien de la fameuse émission: https://www.vosgestelevision.tv/sport/terrain-de-jeu/Terrain-Jeu-live-samedi-f7uBTaQNSO.html

N’hésitez pas à partager ou à aller jeter un coup d’oeil à leur site internet, ils font vraiment de chouettes choses!

XL Gerardmer 2017

Retour sur mon 2ème gros objectif de la saison : le XL de Gerardmer !

A peine arrivés sur place le jeudi, nous subissons la pluie, les températures automnales mais nous sommes super heureux d’être enfin là. Cela fait tellement de mois que nous préparons cette course. Tout se passe comme sur des roulettes : petit footing tranquillou sur le sentier du lac (superbe), retrait des dossards (et une chouette veste en cadeau) puis installation à l’appart et soirée tranquille entre amis. Après une bonne nuit et un soleil présent à notre lever, le tournage de l’émission Terrain de Jeu à laquelle je participe démarre : interviews et prises de vue dans tous les sports sont au programme. Le matin, ce sera une sortie cool à vélo histoire de déverrouiller les jambes et de reconnaître une petite partie du parcours. J’aurai bien été tentée par la découverte de l’ensemble du parcours mais vu le dénivelé annoncé, pour une veille de course, j’ai préféré m’abstenir et le reconnaitre en voiture. La journée passe et tout le monde commence à se préparer pour le lendemain. Il ne reste plus que le dépôt des vélos au parc à transitions juste avant d’aller à la pasta party et tout sera bon. Malheureusement, quand nous nous rendons au parc à vélos, on nous annonce qu’il n’y a plus de bâches de protection pour nos vélos et vu le temps annoncé pour la nuit (grosses grosses draches), je décide d’attendre le lendemain matin pour poser le vélo. Comme vous savez que tout doit toujours être nickel dans ma prépa et que je suis très émotive, ce petit contre-temps m’énerve vachement ! Heureusement que la soirée qui suit m’a permis de me détendre ! Très chouette soirée d’ailleurs et très relaxante pour une veille de course. Je me couche sans être trop nerveuse, je suis prête. Je passe du coup une très bonne nuit. Pour une veille de course, c’est assez étonnant pour moi.

DSC_0798.JPG

Maintenant, attaquons l’histoire du jour de course ! Lever à 6h, petit-déjeuner à 6h30, arrivée sur le site de course à 7h45. La météo n’est pas très clémente lorsque je vais poser mon vélo au parc. Ensuite, je dépose mes sacs de transition et je refais la course dans ma tête pour être sûre que tout est bien en ordre. On se dirige vers le site de départ et vu le temps, on s’abrite quasiment jusqu’au départ. Echauffement, enfilage de combi, concentration. Température de l’eau idyllique (presque 20°) vu les conditions météo. Le départ approche. Un petit peu de stress qui monte mais pas comme à Deauville où je pleurais avant que le départ soit donné. Je me place en première ligne pour m’assurer la tranquillité. Top départ donné. En effet, j’avais bien choisi ma position car je ne me prends quasiment aucun coup. Passage de la première bouée et je me sens vraiment super bien dans l’eau !  Je me place le plus possible dans les pieds des mecs qui me précèdent. Sortie à l’australienne, il ne reste plus que 500 mètres avant la sortie de l’eau. Je m’accroche toujours aux pieds (accrocher au sens figuré 😉 ) mais sans trop forcer, ça ne sert à rien de brûler tout dans l’eau. Je sors de l’eau en 26’, 40ème position, 6ème (ou 7ème dame). Pas mal, je suis contente de moi ! Je file à la tente de changement. Vu le froid (moins de 10 degrés), je prends le temps de m’essuyer en vitesse et d’enfiler des couches. Je galère un peu à enfiler mes manchettes donc je m’énerve mais je ne perds au final pas beaucoup de temps dans cette transition. Puis je me dis qu’en fait, le temps que je perds ici à la transition, je le gagne sur la suite vu que je n’aurais pas froid (hum hum à vérifier par la suite). Je monte sur mon vélo et là, bam, gros stress ! Je suis partie sans mon dossard ! Heureusement, un commissaire de course passe à ce moment-là. Je lui explique et dans un élan de bonté, il me dit que ce n’est pas grave tant que je n’oublie pas de le mettre pour courir. Ouf, trop de gentillesse, j’ai cru que j’allais me prendre une pénalité. Le premier des 3 tours passe bien, même si je vois bien que ce parcours est vachement dur ! Mais je ne m’emballe pas, tout le monde m’a mise en garde donc j’applique. Le 2ème tour passe bien aussi mais je vois bien que je ne suis pas la meilleure grimpeuse car je n’arrête pas de me faire dépasser par des femmes. A la fin de ce tour, dans la descente du dernier col, je me prends un de ces orages dans la figure, la drache nationale, je ne vois quasi plus rien ! Je ralentis donc un peu pour éviter de me planter et je démarre le 3ème tour trempée mais sur une route toute sèche. Rhalala vive la montagne ! Le tour précédent, on avait eu plein de soleil puis une pluie digne de la fin du monde 😉 Dès le début du 3ème tour, je sens que celui-ci va vraiment faire mal. Pourtant je ne me suis pas emballée mais je pense que je commençais à me refroidir et vu mon taux de graisse actuel, je pense avoir puisé beaucoup d’énergie pour me réchauffer et mon corps commençait à me le faire sentir. Ce tour passe super lentement, je n’ai qu’une envie, c’est de poser le vélo, j’en ai marre. Et au moment où je commence à être sèche, peu de kilomètres avant de poser le vélo, rebelote, grosse pluie dans la dernière descente du parcours. Là, c’est la goutte qui fait déborder le vase. Je commence à grelotter, à claquer des dents. Il est vraiment temps que le parc à transition approche. Je pose donc le vélo en 16ème position femme. Outch ! Changement de chaussettes pour avoir les pieds secs, je retire quelques couches et ne pas oublier : le DOSSARD ! J’y ai pensé pendant tout le parcours cycliste pour être sûre de ne pas l’oublier 😉 Je démarre à pied et tout de suite, je sens les crampes arriver. Je démarre donc en douceur et au fur et à mesure, elles commencent à passer. Je peux donc prendre mon rythme de croisière (et ne pas m’emballer comme sur les 2 longs précédents). Je démarre à une moyenne de 4’40/km. Les jambes sont en fait vraiment fraiches contrairement à ce que je pensais vu les efforts consentis à vélo. Dès le premier tour, je me rapproche des femmes qui me précèdent. Ne pas s’emballer Elo hein ! Je continue comme ça. Après 2 tours, je suis toujours bien bien bien et j’ai déjà dépassé 2 femmes mais je me suis faite dépasser par une, dommage. Allez, je peux y arriver ! Quand je vois que je m’approche encore d’une autre femme et qu’il ne me reste que 3km, je décide d’accélérer le tempo. Je dépasse assez vite cette femme mais je crains qu’elle ne s’accroche à mes pieds donc je remets une couche. Elle n’a jamais su m’accrocher au final 🙂 Les jambes commencent à vraiment me faire souffrir, les 2 derniers kilomètres sont les plus longs de toute ma vie, je ne vois pas les mètres défiler. Au final, j’approche des petites passerelles en bois que nous devions passer à chaque début de tour et qui mènent à la ligne d’arrivée, j’en remets une couche, je vais puiser au plus profond de moi-même et je reviens sur un homme. Arrivée au sprint mais je perds ce sprint. Je passe donc la ligne d’arrivée 14ème dame, 9ème Elite (car je m’étais inscrite en pro pour tenter le top 7 et donc le price money) en 5h55 mais sur les rotules ! Je m’effondre une fois la ligne d’arrivée franchie et là, toute l’émotion ressort. Je suis en sanglots assise par terre et vu l’effort fourni, je commence à hyperventiler. Je suis prise en charge de suite par la Croix Rouge. Je suis en fait en hypothermie. Impossible de me réchauffer, il a fallu attendre au minimum 4h avant que je ne sente plus l’effet du froid. Et puis, tout mon corps me fait souffrir, marcher est une vraie galère. Mais je suis heureuse, j’ai réussi à défier les éléments et je suis arrivée au bout saine et sauve. Après mon long passage à la Croix Rouge (ils ont été top, merci à eux pour leur aide et soutien ainsi que pour m’avoir fait rire), je me change vite vite pour passer sur le plateau télé de Terrain de Jeu. Chouette expérience aussi que d’être sur un plateau télé (je mets le lien de la vidéo plus bas) 🙂 2h après mon arrivée, je peux enfin passer au ravito d’après-course et miam, il n’y a que des bonnes choses ! Je craque pour une bière et une flammekuch. Pas digne d’un sportif mais je le mérite je crois 😉

DSC_0848

DSC_0871

21248397_1840616835955975_3447134057562955551_o

La suite de ce w-e se résume à « ON PROFITE » !

Je voulais remercier toutes les personnes autour de moi qui croient en moi en toutes circonstances et qui me soutiennent dans toutes les situations. J’entends par là : ma famille, mes amis, mon coach adoré et mon kiné ! Merci à vous ! Je remercie aussi le BBikes Tri Team de m’avoir intégrée à leur groupe le temps d’un week-end, c’était topissime les gars. Merci également à BV Sports Belgium et à Transition Sports pour leur aide logistique ainsi qu’à toutes les personnes qui avaient contribué à mon crowdfunding. Merci également à mon club TriGT qui n’arrête jamais de croire en ses athlètes. Merci aussi aux sponsors du club : ARENA, Fuji, CBD et autres. Merci à tous ! ❤

La saison continue ce 9 septembre à La Roche-en -Ardenne pour la 4ème étape des T3 Series belges ! Come on girls !

DSC_0927.JPG

T3 Series Deinze 2017

3ème manche des T3-Series ce samedi 19 août à Deinze. Au milieu des étapes vallonnées de Grammont (30/06) et de La Roche (09/09), de la course par équipe à Herderen (19/03) et du relais de Lille (24/09), cette étape était la seule au parcours plutôt typique d’un triathlon : peu de dénivelé et course individuelle.

Nous étions 4 filles du TriGT au départ de la course, toutes motivées pour donner le meilleur de nous-même. Seules 22 filles ont pris le départ ! Ce nombre diminue de course en course… Normalement la météo devrait nous épargner pour la course. Je l’espérais en tous cas vu les passages pavés où nous devions passer à vélo. Tout a l’air bon avant le départ ! La natation s’effectuait en une boucle de 750m. Vu le temps qu’il m’a fallu pour sortir de l’eau, je pense qu’il y avait plus que ça ! Ce fut un peu la baston au départ mais j’ai malgré tout su limiter les dégâts. Mais je vois bien que mon niveau de nage est moins élevé qu’auparavant car les filles devant qui je sortais largement avant sont maintenant au même niveau que moi, si pas devant. J’ai pu me rendre compte pendant la course que j’avais quelques détails techniques à corriger ! Mais bon, on va dire que ma natation fut potable. Suit une très longue transition avant d’atteindre le vélo. Ha oui, la sortie de l’eau est assez épique car entre les 2 marches, il y a un espace d’au minimum 60-70 cm. On était donc portées pour sortir de l’eau 😉 Ma transition n’est pas trop mauvaise, plus ou moins équivalente aux autres filles. Au début du vélo, je suis un peu esseulée. J’essaye de revenir sur Kelly qui est juste devant moi. Mais vu que je n’ai pas encore eu le temps d’enfiler mes chaussures, au moment de monter sur le pont, je perds de la distance. En effet, plus facile de se mettre en danseuse quand les pieds sont attachés 😉 Au final, une fille me revient dessus et me demande pour qu’on roule ensemble. Le groupe de 4 qui suivait nous est quand même presque tout de suite revenu dessus puis on est revenu ensemble, peu de temps après, sur Kelly et la fille qui l’accompagnait. On était ainsi un groupe de 7-8 athlètes je dirais, dont 3 du TriGT. Beau tir groupé ! Et Emma n’est pas très loin derrière nous. A peine constitué, le groupe se splitte suite à une chute causée par un petit écart de ma part. Je tiens à me ré-excuser pour la au minimum 50ème fois auprès des filles impliquées dans la chute. D’après ce que j’ai pu voir, rien de trop grave ! Je leur souhaite un bon rétablissement. La course continue et une belle averse orageuse s’abat sur nous. Les gouttes de pluie étaient tellement grosses que ça faisait mal ! Pour éviter toute chute supplémentaire, nous ralentissons toutes aux abords des zones pavées et des virages. Mieux vaut éviter la casse, surtout pour moi si proche du XL de Gerardmer. Durant cette petite averse « bien sympa », nous revenons sur 2 filles qui nous précédaient. On roule plutôt pas mal je trouve et je dois me faire force pour réussir à rester dans le groupe et prendre des relais. L’organisation n’est pas au top dans le groupe mais on essaye de faire rouler tout le monde. On arrive au parc à vélo, sans incident supplémentaire. Transition rapide et c’est parti pour la course à pied. On annonce 5km mais au vu du temps que j’ai effectué, je pense qu’il y avait moins quand même. Je prends mon rythme et n’essaye pas de suivre celles devant moi car je sais que je n’ai pas l’entrainement pour faire un 5km à cette vitesse-là. Au final, je donne mes tripes mais à mon allure et je passe la ligne d’arrivée avec un temps identique dans les 3 tours de la partie course à pied. Effort bien géré, de bon augure pour Gerardmer qui approche à grands pas (J-11).

L’équipe se classe finalement 4ème. On espérait mieux vu notre beau tir groupé (Kelly 7ème – Emma 9ème – moi 10ème – Annabelle 11ème) mais on va dire qu’on s’en contentera. Je félicite quand même mes coéquipières car ce fut après tout, une belle course d’équipe et puis, individuellement, on a toutes fait une belle course ! Maintenant, au classement général après 3 étapes, nous sommes à une belle 2ème place et j’espère qu’on pourra la garder jusqu’à la fin !

Prochaine T3 Series le 9 septembre à La Roche mais avant cela, place à mon 2ème gros objectif de la saison : le Triathlon XL de Gerardmer le 2 septembre !

Je tiens à remercier mes coéquipières et puis toute la team TriGT pour la chouette ambiance et convivialité qu’il règne au club, ma famille pour leur soutien de tous les jours et puis les sponsors évidemment : BV Sports Belgium, Transition Sports, CBD, Fuji, ARENA et puis toute la ribambelle d’autres sponsors du TriGT.

Kiss kiss et à bientôt pour de nouvelles aventures  ❤

DSC_0694.JPG

Geraardsbergen T3 Series 2017

Seulement quelques jours après mon half de Deauville, je participais à la 2ème manche des T3 Series Division 1 belge. Elle avait lieu à Grammont (Geraardsbergen pour mes amis flamands) vendredi. Je me réjouissais d’y participer même si je craignais un peu mon état de forme. Et puis c’était l’occasion de revoir toute la team et mes potos de stage 🙂

Une fois arrivée sur place, le temps est assez incertain et on prie tous pour que la pluie ne tombe pas car les pavés et la pluie, ça ne fait pas spécialement bon ménage 😉 En se rendant au point de départ à vélo, en l’espace de 100 mètres, on est passé d’un sol ultra sec à un sol détrempé. Bon, espérons que cette pluie ne se dirige pas vers le centre-ville et le fameux mur de Grammont (que nous devions monter 4 fois). Le départ est donné à 20h pour les filles sous un ciel gris mais la pluie a cessé. Vu le nombre que nous étions au départ, il n’y a pas vraiment eu de bagarre pour se positionner. Je suis en effet très vite libre de nager à mon rythme. J’essaye malgré tout de me mettre dans les pieds d’une fille mais je me sens capable de nager plus vite donc je la dépasse et je me retrouve avec 2 autres filles avec qui je terminerais cette partie natation. Vu le beau temps que nous avons eu en Belgique mi-juin, l’eau était suffisamment chaude pour nager sans combinaison (22,8°). Un avantage pour certaines, un inconvénient pour d’autres… Je pense bien me débrouiller dans les 2 cas même si je préfère nager avec 😉 Une fois sortie de l’eau, la transition est assez rapide vu qu’il n’y pas de combinaison néoprène à retirer. A peine sur le vélo, je me dépêche d’enfiler mes chaussures car je sais que les 5km qui relient la T1 à la boucle que nous devons effectuer 4 fois à vélo n’est pas de tout repos et qu’il y a déjà un petit dénivelé. Quand j’arrive sur le parcours, en plein centre-ville, mes coéquipières et moi-même sommes toutes les 3 ensemble, c’est hyper chouette ! Cela ne durera pas super longtemps car dès la 1ère ascension du mur de Grammont, Emma nous dépose Kelly et moi vu ses talents de grimpeuse. Malgré mes talents de non-grimpeuse, je m’accroche et j’arrive à ne pas être trop distancée par Kelly ! Je me sens vraiment bien et j’en suis toute étonnée. Après les 4 tours, je n’en ai pas encore assez et je continuerai bien tellement je m’amuse sur mon vélo 😉 Big up à l’organisation d’avoir pensé à nous faire parcourir de si petites boucles car je pense ne jamais avoir été autant encouragée sur un 20km à vélo ! Nos supporters étaient placés partout, c’était topissime ! J’essaye de nouveau d’effectuer une transition éclair et je sais que la suite du triathlon ne sera pas de tout repos. Confirmé 100 mètres plus loin avec un mur à 10% à grimper 4 fois à pied. Outch… Petits pas petits pas ! Là, je sens mes efforts fournis à pied et le manque de vitesse (la prépa pour un demi et pour un sprint est, je confirme, différente 😉 ). Mais contrairement à ce que je pensais, je ne m’effondre pas sur mes jambes, je garde une belle technique. Ha oui, petite précision : en plus du mur à 10% au début du tour en CAP, on avait droit à une autre côte juste avant l’arrivée, que du plaisir 😉 Je passe finalement la ligne d’arrivée 16ème après avoir eu droit de nouveau à énormément d’encouragements sur le parcours CAP. Un peu déçue de ma place mais malgré tout contente de mon boulot. La récupération après le demi n’avait pas été suffisante mais j’ai quand même réussi à sortir mon épingle du jeu. Félicitations à Emma pour sa 11ème place et à Kelly pour sa 14ème place, belle course les filles ! Félicitations à l’équipe masculine pour leur 3ème place par équipe et à Erwin pour sa 2ème place en individuel!

DSC_0748.JPG

Grâce à nos résultats à toutes les 3, nous terminons 5ème équipe. Moins bien que notre 2ème place de l’étape précédente mais contente de nous ! On fera mieux à la suivante, à Deinze le 19 août ! Vivement 😀

Je remercie de nouveau toute ma famille, mon entraineur, mon kiné, mes amis et puis aussi tous ceux qui m’ont encouragée durant cette course, top les gars ! Merci aux sponsors BV Sports Belgium, Transition Sports, ARENA, Fuji, CBD et tous les autres.

 

 

La fine équipe 🙂

19748088_10212514737530941_1552215710_o

Pour rappel: n’oubliez jamais de sourire même durant l’effort et la souffrance 😀 (Merci Christophe Duhem pour la photo).

Triathlon International de Deauville 2017

1er gros objectif de l’année ce week-end au triathlon international de Deauville. Je m’étais inscrite sur le triathlon Lepape Longue Distance (1900m – 85km – 21km). Quel évènement et quelle organisation !

Arrivée sur place le vendredi 23 juin, peu de temps après mes examens mais malgré tout, reposée et motivée ! 1ère chose à effectuer une fois bien installée : aller chercher mon dossard (et tout le tralala qui va avec). Les femmes qui m’ont servie avaient l’air assez étonnées qu’une jeune fille fasse pareille distance :p Après cela, un petit décrassage du trajet et une mise en jambes avant la course du lendemain sous forme d’une petite sortie vélo avec quelques passages à puissance de course. Vite vite rentrer puis partir pour le briefing de course. J’étais contente d’y avoir assisté car certaines infos ont été données et ne figuraient pas dans le briefing version papier que nous avions reçu par courriel. Je crois que mon côté estudiantin a refait surface quand je vois la quantité de notes que j’ai prises pour être sûre de n’effectuer aucune erreur et que tout soit nickel 😉 Maintenant place à la détente et à une bonne nuit de repos !

Lever le lendemain, samedi 24 juin, à 7h pour petit-déjeuner à 7h30. Ainsi, j’étais sûre d’avoir le temps de bien digérer et puis de ne pas devoir courir pour manger. Direction l’aire de transition. Sachant que tout devait être dans le bac et rien par terre ou sur le vélo, je voulais être présente à l’ouverture du parc pour pouvoir me faire ma petite course dans la tête et que tout soit placé dans le bac dans un ordre pratique. Je suis en effet restée presque 30min à mon emplacement pour être sûre de savoir exactement quoi faire quand je serai dans le feu de l’action 😉 Ensuite petit échauffement, petit repas d’avant-course (rholala qu’est-ce que j’ai le ventre noué, je peine à avaler chaque bouchée) et enfin, l’enfilage de la combinaison néoprène. Tout devait être top top ! Je me décide alors à aller sentir la température de l’eau de la mer. Ouf, elle est bien, pas trop froide, juste bien pour nager. Mais alors qu’est-ce qu’elle est agitée ! Des rouleaux énormes, une vraie machine à laver 😮 Ok, relax Elo, tu sais nager, tu as nagé en mer à Pâques, Nyon c’était pire, tu devrais gérer ! Des paroles qui ne me rassuraient pas beaucoup quand même. Mais bon, faut faire avec les conditions. L’heure approche, le speaker commence à faire monter la pression, je suis obligée de vider mes lunettes de natation tout le temps tellement ça me prend aux tripes et me fait pleurer 😉 Top départ donné, c’est parti ! Sachant que le courant allait nous déporter vers la droite et qu’on devait tourner dans le sens des aiguilles d’une montre, je décide de ne pas faire un tout droit vers la bouée mais de démarrer plus à gauche pour ne pas devoir lutter contre le courant. Je cours un peu dans l’eau et décide à nager. 3 mètres plus loin, je me fais embarquer par une vague, je dois m’arrêter pour remettre mes lunettes et décide de continuer à marcher car nager ne sert qu’à reculer pour le moment 😉 Une fois un peu plus éloignée du bord et donc des rouleaux, je pose ma nage comme je peux et malgré la foule, je ne dois pas trop me bagarrer car je suis déjà bien située sur l’avant de groupe. « Le parcours natation s’effectue sous forme d’un triangle » dixit le membre du staff au briefing. Mouais, plutôt sous forme de carré vu le courant 😉 Une fois la 2ème bouée passée, impossible de trouver l’arche de sortie. Je me suis donc dirigée au hasard. Je débarque donc sur la plage à quelques dizaines de mètres (au minimum) de l’arche de sortie. Donc petite course sur la plage avant de replonger. En effet, la natation s’effectuait en 2 boucles avec une sortie à l’australienne. Je vois que je suis bien placée donc je ne refais pas le même coup que lors du départ, je prends le temps de marcher dans l’eau jusqu’à ce que les vagues soient moins fortes et que je puisse nager correctement. Je nage à un bon rythme, sans m’emballer car je sais ce qui suit après 😉 Je sors de l’eau 24ème scratch, 4ème féminine dont une en relais. Waw, je suis la 1ère femme amateur, juste derrière les 2 pros ! Ok, on ne s’emballe pas, direction mon bike. De nouveau, peu de choses à reprocher à ma transition. Je pars, j’enfourche le vélo et c’est parti. Vite vite mettre les chaussures car dans 1,5km, on attaque la côte de Saint-Laurent : 1km à 16% de moyenne ! Quelle ambiance dans cette côte. Les supporters vous poussent à vous surmonter (pas trop quand même, il reste 83,5km). Elle passe presque toute seule pour ma part ! Après cette côte-là, il m’en restera 2, toutes 2 plus faciles. En dehors de ça, on m’avait annoncé un parcours assez compliqué mais franchement, je le trouvais assez roulant. Mes jambes devaient être dans un bon jour ! Un tour sur 2 d’effectué et je suis toujours 3ème dame derrière les 2 pros. Juste avant d’attaquer pour la 2ème fois la côte de Saint-Laurent, je me fais dépasser par une femme que je redépasse dans la côte mais qui au final, me redépasse quelques centaines de mètres plus loin. Faute de chance pour moi, je gardais le contact visuel jusqu’à ce que j’arrive à un passage à niveau et bien sûr, il fallait qu’un train doive passer à ce moment-là. Donc je me suis arrêtée car j’aimerais finir cette course vivante mais elle, elle était passée donc j’ai perdu le contact. Tant pis, il faut faire avec les conditions de course (bis-repetita). Je continue à faire mon petit chemin, en continuant à m’étonner de mon niveau à vélo. Je me fais dépasser par une autre femme encore et m’approche petit à petit du parc à vélo. Je pose donc le vélo 5ème femme, 3ème amateur. Pas mal pour moi, je suis même très fière de moi ! Moi qui ne suis pas grimpeuse, je m’en suis pas mal sortie ! J’effectue encore une fois une super transition et pars sur le parcours vélo avec 4’ de retard sur la 4ème femme (tout ça ?!). J’évite de commettre la même erreur qu’à Chantilly l’année passée et pars sur un bon rythme mais pas un rythme de 5 ou 10 bornes. Je commence en 4’15 au kilo puis, au fur et à mesure que les kilomètres passent, l’allure diminue. Après un tour, je suis déjà en 4’27. Puis après le 2ème, 4’38 (je pense). Ca commence vraiment à être dur. En plus, depuis le 1er kilomètre, mes intestins me jouent des tours et je suis prise de manière périodique de crampes intestinales. Après 12km, je commence à avoir la tête qui tourne, je suis prise de nausées. Il faut absolument que je m’arrête. Pas de toilettes le long du parcours (tout plat soit-dit en passant) et je suis donc forcée à faire un toilet stop au milieu des buissons le long de la route. Quand je redémarre, je me sens beaucoup mieux bien sûr mais entre-temps je me suis fait doubler par une fille. Tant pis ! Je n’aurais jamais su continuer dans cet état de toute façon. L’allure continue malgré tout à diminuer. Après 3 tours sur 4, je suis à passé les 4’45 au kilo. Ce sera au mental que cette course se finira ! Je n’en peux plus, je n’attends qu’une chose, c’est passer la ligne d’arrivée. Les kilomètres passent, le nombre de filles devant moi augmente, les pieds chauffent, les jambes ne répondent plus et enfin, l’arrivée se rapproche ! Plus que 2km ! Plus que 1 ! Allez Elo, hop hop hop, on accélère un peu pour passer cette ligne, tu peux y arriver, tu seras finisher ! Et là, j’arrive sur l’estrade d’arrivée et le trop plein d’émotions, je n’arrive pas à retenir mes larmes dès que j’aperçois mes parents ! Je l’ai fait malgré les examens, malgré ma blessure de début d’année, malgré les problèmes intestinaux, malgré toutes les douleurs de la course (physiques ou mentales), je l’ai fait ! Passons le côté émotion de la chose, première chose que j’ai fait, c’est quand même courir aux toilettes 😉

DSC_0752

Je finis finalement 7ème Dame, 6ème Séniore et 2ème Jeune (la fille qui m’a dépassée pendant mon toilet stop a un an de moins que moi, zut). Et 200ème au scratch sur 1300 et une chique inscrits ! Je suis très fière de ce que j’ai fait et en natation et en vélo. Par contre, il va falloir, de un, arriver à tenir une meilleure allure sur le semi-marathon, et de deux, arrêter de boire toute l’eau de la mer, peut-être que ça m’évitera des problèmes intestinaux 😉

J’ai beaucoup de remerciements à faire ! Tout d’abord, ma famille qui me soutient dans toutes mes épreuves malgré mon tempérament de feu, tous les jours, toutes les heures et qui ne cesse de croire en moi. Puis bien sûr, mon coach sans qui, je ne serais jamais à ce niveau sur une telle épreuve. Il y a également mes sponsors individuels (BV Sports Belgium et Transitions Sports) qui sont là pour m’aider logistiquement ainsi que les sponsors du TriGT (Arena, CBD, Fuji, …) ! Mon club et mes coéquipiers également, merci beaucoup ! Je remercie également toutes les personnes qui ont contribué à mon crowdfunding car elles ont cru en mes capacités et m’ont aidée à accomplir mes objectifs (du moins, le premier pour le moment). Et enfin, je tiens à remercier tous mes amis qui me soutiennent tous les jours même dans les moins bons moments. Je pense particulièrement à Tom, Sophie et Philouchou, love you guys ! Merci à toutes ces personnes qui sont là pour moi et qui m’aident, merci ! Je voulais également remercier l’organisation qui a fait du super boulot et qui a réussi à organiser un énorme évènement en peu d’années dans une superbe ville !

J’allais oublier! N’arrêtez jamais de sourire, même dans les moments sportifs les plus douloureux, la douleur passera plus facilement 😀

Merci à tous et rendez-vous ce vendredi à Grammont pour la 2ème manche des T3 Series !

Kiss kiss

                                                Après 3km                                                  Après 19km